L'Alhambra de Grenade, XIIIe-XIVe siècles

L'architecture des palais islamiques


L'Alhambra, cour de la mosquée
L’architecture islamique ne résume pas uniquement aux édifices religieux et commémoratifs – mosquées, madrasa (écoles coraniques) et mausolées. Héritiers des traditions antiques, mésopotamiennes et byzantines, les souverains musulmans développent de vastes ensembles autour de nombreux jardins et cours. Généralement fortifié, le palais musulman est un complexe architectural qui rassemble les activités publiques et privées du monarque. En général l’aspect extérieur, austère et monumental, contraste fortement avec l’intérieur de l’enceinte où s’égrènent des édifices de taille relativement modeste, noyés dans une abondante végétation. On trouve habituellement un certain nombre de bâtiments et de pavillons utilisés à des fins politiques comme la salle du trône où le sultan reçoit (le diwan, littéralement lieu du pouvoir en arabe), la cour de justice où sont traités les litiges, des salles d’audience, des chambres de conseil et des salles de travail destinées aux dignitaires, aux ambassadeurs ou aux scribes.
Dans le palais, la figure du souverain est fondamentale et centrale ; tout – architecture, décoration, vie de cour, fêtes, cérémonies et célébrations – célèbre son autorité, son rayonnement, sa puissance. Les processions sont organisées selon un rituel précis : vêtu des plus précieux vêtements et accompagné de sa cour, le calife parcourt le palais, décoré des plus beaux tapis et tentures. Arrivé au diwan, coiffé d'une couronne ou d'un couvre-chef et parfois dissimulé par un voile, il prend place sous une coupole qui doit exprimer la toute-puissance divine.

Intérieur du toit du hammam de l'Alhambra de Grenade

Espaces publics et privés

À ces espaces officiels succèdent généralement les appartements réservés au souverain et à sa famille : jardins d’agrément, pavillons, kiosques, hammams et harem. Plusieurs mosquées peuvent être aménagées en divers points du palais. Les bâtiments fonctionnels (cuisines, écuries, bibliothèques, réserves, caravansérail) sont également intégrés au complexe.
Souvent, le plan du palais s’organise selon un plan axial qui passe progressivement de la sphère publique à la sphère privée. C’est le cas du palais de Topkapi, construit au bord de la corne d’or à Istanbul qui possède trois enceintes dans lesquelles se succèdent autant de cours. Le plan de l’Alhambra diffère de cette organisation parfaitement symétrique, puisque plusieurs ensembles s’imbriquent les uns aux autres selon plusieurs axes perpendiculaires : on peut sans doute expliquer ce choix en raison de la topographie montagneuse du site.
Le harem est sans doute l’un des espaces qui suscitent le plus de curiosité et de fascination. Réservé uniquement au calife, il pouvait renfermer jusqu’à plusieurs centaines de femmes – pour la plupart des esclaves – dont le rôle était de divertir et de donner des enfants au souverain. La vie des épouses et des concubines pouvait être gérée par des eunuques. Les seuls êtres de sexe masculin vivant au harem étaient les frères cadets du prince héritier. Ils étaient en réalité cloîtrés jusqu’à l’intronisation du sultan – ceci afin d’éviter tout conflit pour la prise de pouvoir.

Jardin de style persan : Allahabad

Le goût des jardins

Les jardins, dessinés à l'image du Paradis, sont un élément essentiel du palais islamique. Cet amour que nourrissent les musulmans pour la nature s’explique notamment par le fait que la civilisation islamique trouve ses origines dans des régions désertiques et hostiles où l’eau et la végétation sont particulièrement précieuses. Les jardins et les jeux d’eau des palais, destinés au repos, au plaisir et à la détente, rappellent les haltes rafraîchissantes des tribus nomades dans les oasis de l’Arabie préislamique. D’ailleurs, bien que peu de spécimens soient parvenus jusqu’à notre époque, on peut imaginer dans les jardins et les parcs l’installation de tentes d’apparat dont l’architecture légère rappelle le mode de vie nomade.