La tour Eiffel, 1889

Le petit train de 1889


Dès l'exposition de 1878, on constate que l'absence d'un chemin de fer spécial pour les visiteurs et les exposants est une lacune regrettable. Cette lacune est comblée pour l'exposition de 1889. Un petit chemin de fer demi-circulaire prend son origine sur le quai d'Orsay, près du ministère des Affaires Étrangères, à la porte de l'exposition, qui prend le nom de porte des Invalides.

La ligne traverse l'Esplanade, suit le quai d'Orsay entre les deux rangées d'arbres les plus éloignées de la Seine, avec deux haltes en face de la rue Jean-Nicot et du Palais de l'Alimentation, passe devant la tour Eiffel, où il y a une gare, et arrive, en longeant l'avenue de Suffren, à la gare terminus, entre la galerie des machines et la Bastille de 1789.

Il y a deux tunnels, l'un de 20 m, sous le carrefour du pont de l'Alma, l'autre de 106 m, sous le terre-plein devant le pont d'Iéna.

Le service est assuré par 15 locomotives à vapeur, à air comprimé, électriques, et 100 voitures de différents modèles.

Cette ligne, dont l'exploitation a été concédée à la Société Decauville aîné, est à double voie, avec rails d'acier rivés sur traverses en acier.
L'exposition universelle de 1900 verra se développer, à côté du train, un trottoir roulant à deux vitesses.