Le Panthéon, 1791

Les sources d'inspiration de Soufflot


La Place Saint-Pierre
Pour concevoir le Panthéon, Soufflot a en tête des références multiples, issues de différentes périodes. Son œuvre néoclassique, succédant au baroque des périodes précédentes, se nourrit des styles de l'Antiquité et de la Renaissance, mais ne néglige pas l'esprit et le savoir-faire de l'architecture gothique.

L'art gothique

L'architecture gothique du Moyen Âge, dont le XIXe siècle s'inspirera largement, commence à peine à être redécouverte au XVIIIe siècle. On ne la reconnaît pas dans les formes du Panthéon ; mais dans l'esprit de l'architecte, la clarté et la ligne élancée des cathédrales gothiques sont présentes au Panthéon. D'un point de vue technique, les arcs-boutants dissimulés dans les murs, qui viennent renforcer la structure du dôme, sont directement empruntés aux maîtres-constructeurs du Moyen Âge.

Tempietto de l'église San Pietro

L'Antiquité

En 1750, Soufflot accompagne le marquis de Marigny lors de son voyage en Italie. Il y découvre notamment les temples grecs de Paestum, ce qui influence certainement son choix d'un ordre d'inspiration dorique pour la crypte. Cette partie du Panthéon adoptera par la suite l'ordre toscan (style très simple et épuré originaire de l'Italie antique, avec des fûts de colonnes non cannelés). Mais la colonnade d'entrée et le fronton triangulaire rappellent aussi évidemment l'autre Panthéon, celui de Rome, dont Soufflot reprend également la coupole à caissons.

La Renaissance

Soufflot fait aussi appel aux chefs-d’œuvre de la Renaissance à Rome, notamment le projet de Bramante pour Saint-Pierre, ou son Tempietto de l'église San Pietro in Montorio.
Il en retient le motif de la tholos (temple à colonnade circulaire) que l'on trouve aussi à Londres avec la cathédrale Saint-Paul, conçue en 1675 par Christopher Wren et achevée en 1720.