Le château de Pierrefonds, 1858-1885

Restauration : l'émergence de principes communs

 
 
Grâce à l’intérêt du XIXe siècle pour le Moyen Âge,  l’opinion prend conscience de la nécessité de protéger les monuments. En 1830 est créé le premier poste d’Inspecteur général des monuments historiques. En 1837 naît la Commission des monuments historiques. Mais ce n’est qu’au XXe siècle que les bases de la restauration sont adoptées au niveau international.

Viollet-le-Duc, pionnier controversé

Pionnier de la restauration, Viollet-le-Duc joue un rôle central, mais très controversé, dans l’établissement d’une théorie de la sauvegarde des bâtiments anciens. Pour lui, une restauration réussie est stylistique : le bâtiment doit y retrouver une unité cohérente, même si elle n’a jamais existé dans les faits (« replacer le bâtiment dans un état complet qui a pu ne jamais exister à une époque donnée »). Aussi les ajouts ultérieurs doivent-ils être gommés sans état d’âme.  À cette position s’oppose le non-interventionnisme de l’Anglais John Ruskin.

Les bases d’une restauration scientifique

Ce n’est que plus tard, dans les années 1930, que les bases d’une restauration scientifique, faisant appel à des spécialistes de champs différents (archéologues, historiens, scientifiques, architectes…) sont posées. Au cours du XXe siècle, à l’initiative des professionnels,  plusieurs chartes internationales délimitent le champ de la restauration : la charte d’Athènes en 1931, la charte de Venise en 1964, la charte de Cracovie en 2000.

Les principales conclusions


Ces chartes affirment les principes suivants :

  • Nécessité de s’appuyer sur une étude approfondie du bâtiment, et donc sur des équipes pluridisciplinaires (professionnels du bâtiment, historiens, archéologues…).
  • Principe d’une restauration minimum : nécessité d’entretenir les monuments, et de ne recourir que de façon exceptionnelle à la restauration, sans rien y ajouter qui ne serait avéré par les études préalables.
  • Respect de tous les moments de la vie du bâtiment : contrairement aux convictions  de Viollet-le-Duc, les différents apports historiques sont d’égale valeur et ne peuvent être détruits au nom d’une unité stylistique du bâtiment. 
  • Principe de visibilité, notamment dans l’utilisation de techniques et matériaux modernes, y compris le béton armé. La charte d’Athènes valide cet emploi. Les chartes suivantes reviennent en arrière en conseillant d’utiliser autant que possible des matériaux traditionnels.  Si leur usage est indispensable, les matériaux  nouveaux doivent être cachés. Au contraire apparaître de façon très visible quand il n’est pas possible de les dissimuler.  De manière plus générale, toutes les interventions contemporaines doivent être très repérables aisément.
  • Principe de réversibilité : possibilité de revenir à l’état avant restauration.