Sciences

Les débuts de L'Encyclopédie

1751

La première encyclopédie française, intitulée l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, est éditée à partir de 1751. Publiée à l’initiative de Diderot et d’Alembert, l’Encyclopédie représente une synthèse des connaissances de l’époque, reposant sur les idées du XVIIIe siècle. Ainsi, dès son Discours préliminaire, d’Alembert précise que la connaissance vient des sens et non de Rome ou de la Bible. L’Encyclopédie place donc l’homme (et non Dieu) au centre de l’univers. Elle doit comporter 10 volumes, dont deux de planches dessinées. Car l’une des ambitions est de "mettre le savoir à la portée de tous", ce que favorisent les représentations en images. L’ouvrage propose aussi un ingénieux système de renvois d’un article à l’autre. C’est un moyen de compléter et d’enrichir ses connaissances ; mais aussi, parfois, de dissimuler des opinions qui déplaisent au pouvoir. Car cette immense aventure éditoriale se heurte à de nombreux obstacles. En 1759, le roi décide la destruction par le feu des sept volumes de L’Encyclopédie, et le Pape les interdit. L’Encyclopédie est sans doute l’ouvrage qui représente le mieux l’esprit nouveau du XVIIIe siècle.

Carrière et outils du carrier-plâtrier, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers
BnF, departement Littérature et art, Z-363
© Bibliothèque nationale de France