Littérature

Le Testament de François Villon

1461

Célèbre pour sa Ballade des pendus, ou encore La Ballade des dames du temps jadis, François Villon (1431-après 1463) incarne dès le Moyen Âge la figure du poète maudit, voire du mauvais garçon. Plusieurs fois emprisonné, il est même condamné à mort, puis gracié, et enfin banni.
Mais son œuvre connaît immédiatement un grand succès. Il écrit son Testament dans les années 1661-1662, suite à sa libération de la prison de Meung-sur-Loire accordée par grâce royale. L’œuvre reprend la forme d’un texte juridique, le testament, mais le tourne en dérision. Dans une première partie très expressive, le poète se plaint de son malheur, puis dans une deuxième partie, il lègue ses biens à une liste de légataire. Prenant le prétexte d’une mort prochaine, Le Testament se transforme en une méditation sur la mort, et le testamentaire se livre avec virulence.
Le Testament de Villon est d’une composition très riche : il reprend des rondeaux et des ballades, deux formes poétiques médiévales complexes, signe de son érudition et de sa volonté de détourner certains codes.

EN SAVOIR PLUS

Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-Y2-2718
© BnF