Histoire

La guerre des farines

Avril à mai 1775

Suite aux mauvaises récoltes de blé des étés 1773 et 1774, certaines régions françaises souffrent d’une véritable famine, tandis que d’autres sont épargnées. Le 13 septembre 1774, l’édit de Turgot libéralise le commerce des grains, et provoque une flambée des prix du pain. Les populations les plus modestes s’agitent sur les lieux de distribution des farines et se révoltent contre les commerçants qui pratiquent la spéculation. La vague d’émeute, ou Guerre des farines, a lieu d’avril à mai 1775 au nord, à l’est et à l’ouest du royaume. Les marchands ou les fermiers sont généralement visés, mais aussi les représentants du pouvoir.
C’est pourquoi la guerre des farines peut être considérée comme un signe avant-coureur de la Révolution. Les émeutes seront enrayées par l’intervention massive des soldats du roi, l’arrestation d’une centaine d’émeutiers et la condamnation de deux d’entre eux à la pendaison, ainsi que par un contrôle des prix du blé, et l'organisation d'un approvisionnement des provinces en difficulté.

Le Fermier brûlé ou la famille pauvre
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-8 (B)-FOL
© Bibliothèque nationale de France