Sciences

Invention du logarithme

1580

Au XVIe siècle, avec les développements de l’astronomie, le calcul des trajectoires des astres ou encore l’essor de la navigation maritime, les calculs nécessaires deviennent de plus en plus complexes. Fils d’une riche famille noble écossaise, John Napier (parfois Neper) (1550-1617) se passionne pour les mathématiques. Il s’intéresse au calcul numérique et plus particulièrement aux relations des fonctions trigonométriques.
Les recherches de Napier le poussent à mettre au point, dès 1580, les premiers logarithmes qui permettent de simplifier ces calculs. Il part de la relation 2 sin(A) sin(B) = cos(A — B) — cos(A + B) et cherche à définir une suite de nombres pour laquelle cette relation est correcte. Son but est de simplifier les opérations comportant des fonctions trigonométriques : en somme, les multiplications complexes se transforment en addition.
Ce n’est qu’en 1614 qu’il publie son ouvrage. Intéressé par ses découvertes, le mathématicien anglais Henry Briggs collabore alors avec lui. Ensemble, ils mettent au point la table des logarithmes décimaux. Le logarithme est un outil mathématique toujours utilisé.

John Napier à droite, illustration de Clavis universi trigonometrica de Frobenius
Observatoire de Paris
© Bibliothèque nationale de France