Glossaire

  1. A
    Adobe
    Brique de terre crue
    Aire de traçage
    Couche de sable, de terre, de plâtre ou de mortier présentant une surface horizontale permettant d'y faire des tracés.
    Aplomb
    Verticalité, déterminée par la position d'équilibre du fil à plomb. Par extension, l'expression d'aplomb évoque une construction stable, qui ne penche ni d'un côté ni de l'autre.
    Appareil
    Façon dont les moellons, les pierres de taille ou les briques sont assemblés dans la maçonnerie. Le "grand appareil" est fait de gros blocs de pierre.
    Arase
    Désigne le niveau choisi pour araser plusieurs éléments.
    Araser
    Mettre à un même niveau horizontal une série d'éléments d'une construction. Désigne aussi le fait de supprimer, par des apports ou par des suppressions de matière, les saillies, les aspérités, les trous et les creux d'une surface pour la rendre plane.
    Arbre
    Axe utilisé pour transmettre un mouvement de rotation.
    Arc
    Dispositif courbe en pierres, en briques, ou en tuileaux, qui permet de franchir de grandes portées avec des éléments de petite dimension travaillant en compression, les "claveaux" ou "voussoir".
    Arc-boutant
    Demi-arc placé à l'extérieur d'un édifice, pour contrebalancer la poussée d'un arc ou d’une voûte. Comme le contrefort ou le mur-boutant, l'arc-boutant transmet la poussée de la voûte jusqu'au sol ou, plus souvent, jusqu'à une pile dont la masse contribue à ramener la poussée au sol.
    Arc brisé
    Arc formé de deux demi-arcs symétriques s'appuyant l'un sur l'autre et formant un angle plus au moins aigu.
    Arc en plein cintre
    Arc dont la courbure forme un demi-cercle parfait.
    Arc outrepassé
    Arc dit aussi "en fer à cheval" : dont la courbure dépasse le demi-cercle. Caractéristique notamment de l'architecture islamique.
    Arête
    Angle saillant formé par la rencontre de deux surfaces.
    Aronde
    Type d'assemblage de deux pièces de bois en menuiserie, dit "en queue d'aronde". Cette technique très ancienne repose sur un tenon en forme de trapèze ou queue d'aronde (hirondelle), et sur une mortaise de même forme.
    Arpentage
    Opération par laquelle un géomètre mesure la superficie d'un terrain.
    Atlante
    Colonne en forme de statue masculine supportant une corniche, un balcon etc. Les statues féminines sont des cariatides.
    Attente (pierre d')
    Pierre d'angle placée à l'extrémité d'un bâtiment appartenant à un ensemble construit simultanément, et destinée à venir se raccorder au bâtiment contigu.
  2. B
    Bandeau
    Assise ou moulure, en saillie sur un mur, généralement au niveau d'un plancher. Le bandeau, au-delà de son aspect décoratif, sert, à l'extérieur, à écarter les eaux de ruissellement.
    Béton armé
    Béton intégrant des armatures d'acier permettant de résister aux efforts de traction. Technique inventée par François Hennebique en 1890.
    Blocage
    Mélange de cailloux, morceaux de terre cuite, éclats de pierre etc. liés avec du mortier et remplissant deux parois (le blocage constitue le noyau du mur).
  3. C
    Chaînage
    Élément métallique intégré dans un maçonnerie afin de la consolider. On trouve par exemple des chaînage dans les flèches des cathédrales gothiques.
    Cariatide
    Ou caryatide. Colonne en forme de statue féminine supportant une corniche, un balcon etc. Les statues masculines sont des atlantes.
    Chant
    En maçonnerie, technique de pose des briques sur leur tranche la plus étroite.
    Chapiteau
    Partie supérieure d'une colonne formant un motif décoratif et disposée pour supporter les poutres d'une charpente ou les retombées des arcs supportant une voûte.
    Cintre
    Ouvrage provisoire courbe, en bois, destiné à porter, lors de la construction, un arc ou le coffrage d'une voûte. Les cintres sont enlevés quand la voûte tient seule.
    Claveau
    Pierres taillées aux deux faces convergentes, avec lesquelles on construit un arc.
    Clé de voûte
    Pierre (ou claveau) qui constitue le sommet d'un arc. Généralement, seuls les arcs en plein cintre (en demi-cercle) ont des clés. Les arcs brisés ont deux demi-clés ajustées par un joint central. Les clés de voûte médiévales sont souvent ornées de motifs sculptés.
    Chaume (toit de)
    Couverture réalisée en chaume, c'est à dire avec des tiges de céréales ou de graminées (seigle, roseaux..). Cette technique est très répandue jusqu'à la fin du Moyen-Âge. Avec le développement de l'éco-construction et les progrès dans les traitement anti-feu des matériaux, les toits de chaume connaissent un renouveau aujourd'hui.
    Chaux
    Poudre de couleur blanche obtenue en brûlant de la pierre calcaire, et utilisée en revêtement.
    Colombage
    Ensemble de pièces de bois formant l'ossature des murs d'un bâtiment. On parle de maison "à pan de bois" ou maison"à colombages". La technique du pan de bois est très développée au Moyen Âge, où l'on utilise la méthode du bois long, ou celle du bois court.
    Colonne engagée
    Colonne construite contre un mur de telle manière qu'elle se trouve partiellement encastrée dans celui-ci.
    Contrefort
    Pilier de maçonnerie, élevé perpendiculairement à un mur et lié à celui-ci pour éviter son écroulement. L'arc-boutant a la même fonction, et permet, avec beaucoup moins de maçonnerie, de conduire les poussées jusqu'au sol.
    Contreventement
    Pièce disposée en biais, par rapport à des éléments formant un angle droit, et servant à empêcher la déformation d'une charpente.
    Corbeau
    Élément saillant d'un mur permettant de supporter par exemple un toit ou une corniche.
    Cordeau
    Cordelette non élastique que l'on tend entre deux points pour tracer une ligne droite, ou pour aligner deux éléments. Attaché à un point fixe, et équipé à l'autre extrémité d'un instrument de traçage, le cordeau permet de dessiner des cercles sur le sol, ou sur toute surface plane.
    Corinthien (ordre)
    L'un des styles antiques de colonne. L’ordre corinthien est le plus orné. Il est caractérisé par des motifs végétaux sur le chapiteau et une colonne plus élancée.
    Coupe
    La vue en coupe représente un bâtiment coupé selon un plan vertical. Les coupes permettent de décrire les relations entre les différents espaces d'un bâtiment. Il est parfois nécessaire de dessiner plusieurs plans de coupe pour faire comprendre le fonctionnement d'un bâtiment.
  4. D
    Demi-clef
    Dans un arc brisé, la clef est formée de deux éléments symétriques avec un joint central. Il est rare que la clef d'un arc brisé soit d'une seule pièce.
    Détrempe (peinture à)
    Technique de peinture dans laquelle les couleurs, broyées avec de l’eau, sont mélangées à un liant comme de la colle animale. Ces peintures sont ensuite appliquées à sec sur les murs revêtus d’un enduit.
    Dorique (ordre)
    L'un des styles antiques de colonne. L’ordre dorique est le plus sobre, mais aussi le plus compact (la colonne est assez large par rapport à sa hauteur).
  5. E
    Ecoinçon
    Surface comprise entre la courbe d'un arc et le mur. L'écoinçon a donc généralement la forme d'un triangle doté d'un ou deux cotés en courbe.
    Embrèvement
    Point d'assemblage creusé dans une pièce de bois afin de la faire tenir à une autre pièce.
    Encorbellement
    Surplomb, débordement. Par exemple dans les maisons du Moyen Âge, quand le premier étage s'avance au-dessus de la rue, en occupant plus de surface que le rez-de-chaussée. On dit aussi "Saillie".
    Elévation
    Représentation d'un édifice sur le plan vertical.
    Empattement
    Épaisseur augmentée d'un mur dans sa partie inférieure.
    Encaladé
    Pavé de galets.
    Entablement
    Partie supérieure horizontale du mur de façade d'un édifice, comportant parfois une corniche protégeant des écoulements d'eau.
    Entrait
    Grande pièce de bois horizontale utilisée en charpente.
    Essente
    Tuile de bois parfois utilisée en montagne.
    Estançon
    Petit étai maintenant en place une autre pièce de charpente, ou permettant de lui donner une certaine inclinaison à la demande.
    Extrados
    Dessus d'un arc ou d'une voûte, par opposition à la surface intérieure, ou intrados.
  6. F
    Faux appareil
    Décoration peinte ou dessin sur de l'enduit qui imite les lignes horizontales et verticales d'une maçonnerie entre des pierres de taille. Voir aussi : Appareil, Trompe-l'oeil.
    Ferme
    Élément structurel essentiel d'une charpente, posé à l'horizontal, qui reçoit le poids de la couverture par l'intermédiaire d'éléments de support secondaires.
    Flèche
    Toiture en forme de pointe aiguë surmontant une tour.
    Fonte
    Alliage de minerai de fer et de carbone ayant l'avantage de se mouler très facilement et pour un coût moins élevé que le fer.
    Fronton
    Motif d'architecture en forme de triangle isocèle, se présentant comme l'extrémité d'un toit à deux pentes et qui surmonte l'entrée d'un bâtiment, la façade d'un temple, une porte ou une fenêtre. Le fronton vient de l'architecture antique.
    Fût de colonne
    Partie de section cylindrique ou polygonale qui est comprise entre la base et le chapiteau de la colonne.
  7. H
    Harmonique
    Une façade harmonique est, conformément aux principes gothiques, une façade constituée d'un rectangle divisée en trois parties - avec chacune un portail - dont la plus large se trouve au centre.
    Hennebique (béton)
    Technique d'utilisation du béton armé suivant la structure modulaire « poteaux poutres dalles » : sur des poteaux verticaux reposent des poutres horizontales. On y pose ensuite un plancher en forme de dalles qui peut être préparé à l’avance. Cette technique porte le nom de son inventeur en 1890, François Hennebique.
    Hourdis
    Ou Hourdage. Couche de remplissage des planchers à base de plâtras, tuiles etc. Aujourd'hui, il s'agit d'un élément préfabriqué de plancher.
  8. I
    Intrados
    Surface inférieure d'une voûte, généralement concave, sauf dans le cas d'une voûte plate, dont l'intrados est sur un plan horizontal.
    Ionique (ordre)
    L'un des styles antiques de colonne. L’ordre ionique est caractérisé par ses volutes en spirale sur le chapiteau.
  9. J
    Joint
    Espace entre deux pierres, généralement rempli de mortier, à moins que les pierres ne soient posées à sec. Terme générique désignant l'intervalle ou le raccord entre deux éléments.
  10. L
    Lambris
    Revêtement des murs ou de la face intérieure des charpentes en lames de bois jointives, en panneaux de bois ou encore de marbre, stuc, etc.
    Lancette
    Ouverture très haute et allongée terminée par un arc brisé. Le style gothique fait un grand usage des lancettes qu'il accole par deux ou trois.
    Linteau
    Bloc de pierre ou pièce de bois horizontale qui forme la partie supérieure d'une ouverture. Le linteau ne suffit à porter le mur au-dessus de l'ouverture que si celle-ci n'est pas trop large pour la hauteur et la résistance de la matière formant le linteau.
    Lit
    Ce terme désigne toute "couche" horizontale et, en particulier, dans la construction, une couche horizontale de mortier, de sable, de pierres. Ce mot désigne aussi une surface de joint horizontale, par opposition aux plans de joint verticaux.
    Liteau
    Terme de couverture. Longue pièce, généralement en bois, clouée ou vissée sur les éléments composant la charpente et destinée à recevoir les matériaux de couverture.
    Longrine
    Longue pièce horizontale en bois (ou en béton armé dans des constructions modernes) qui supporte des éléments verticaux, ou en biais, et en répartit la charge sur un sol ou sur un lit de construction.
  11. M
    Meneau
    Élément principal, en bois, en pierre ou en fer, qui divise une ouverture, verticalement ou horizontalement. Se dit plutôt des éléments verticaux, les éléments horizontaux secondaires prenant le nom de croisillons. Au Moyen Âge, les dimensions limitées des verres plats que l'on peut alors fabriquer exigent des subdivisions importantes.
    Métope
    Partie de la frise d'un temple grec. Sur cette frise située sous le fronton, les triglyphes et les métopes alternent. Les métopes sont ornés de bas-reliefs sculptés, contrairement aux triglyphes, simplement striés de raies verticales.
    Minium
    Revètement à base d'oxyde de plomb de couleur rouge utilisé en traitement antirouille.
    Moellon
    Bloc de pierre grossièrement taillé et de dimensions moyennes, pouvant être porté par un homme seul.
    Mortaise
    Partie en creux pratiquée dans une pièce de bois (ou de tout autre matériau), destinée à recevoir le tenon d'une autre pièce, et en permettre l'assemblage.
    Mortier
    Mélange de granulat et de liant.
    Moulure
    Élément, plus ou moins en relief, de section arrondie ou rectangulaire, servant de couvre-joint ou d'ornement en architecture ou menuiserie.
    Mur-boutant
    Mur construit perpendiculairement à un autre mur, pour s'opposer au renversement de celui-ci, comme le feraient un contrefort ou un arc-boutant.
  12. N
    Nombre d'or
    Déjà présent dans les œuvres d'art de l'Égypte ancienne, il correspond à une proportion qui présente des propriétés mathématiques très particulières et qui est considérée comme particulièrement esthétique. On trouve aussi ce nombre d'or dans la Nature, car il correspond à une progression géométrique continue et à certaines formes de croissance des êtres vivants et des végétaux, coquillages, fleurs, etc.
  13. O
    Oculus
    Ouverture ovale ou ronde pratiquée dans un mur ou une coupole. L'un des exemples les plus célèbres est l'oculus au sommet de la coupole du Panthéon de Rome.
  14. P
    Pan de bois
    Ensemble de pièces de bois formant l'ossature des murs d'un bâtiment. On parle de maison "à pan de bois" ou maison"à colombages". La technique du pan de bois est très développée au Moyen Âge, où l'on utilise la méthode du bois long, ou celle du bois court.
    Parement
    Face d'une pierre ou d'un mur qui est apparente au-dehors.
    Passerelle
    Pont à l'usage des piétons seulement. Au sens figuré, manière de proposer des liens riches de sens entre connaissances issues de domaines variés.
    Péristyle
    Galerie de colonnes autour d'un bâtiment.
    Piédroit
    Partie verticale d'une structure qui supporte la naissance d'un arc ou d'une voûte.
    Pierre de taille
    Bloc de pierre taillé sur toutes les faces, sauf parfois la face arrière.
    Pierre sèche
    Maçonnerie faite de blocs de pierre ou dalles, posés à sec sans recours à un mortier.
    Pilastre
    Pilier adossé ou encastré dans une paroi (parfois simple moulure verticale subdivisant le mur à des fins décoratives). Un pilastre est dit "colossal" quand il s'élève sur deux étages ou plus.
    Pile
    Ouvrage de maçonnerie qui supporte les arches d'un pont.
    Pilot
    Ou Pilotis. Solide pieu en bois, terminé en pointe, enfoncé dans le lit d'un cours d'eau, d'un plan d'eau, ou d'un marécage, pour soutenir les éléments d'un pont ou d'une construction (dans ce dernier cas, on dit plutôt pilotis).
    Pisé
    Terre crue mélangée ou non avec des liants et de la paille. Tassé dans un coffrage, le pisé permet d'élever des murs.
    Plan de masse
    Plan général de l'ensemble d'un groupe de bâtiments donnant l'implantation de chacun.
    Plein cintre
    Définit un arc ou une voûte en demi-cercle.
    Portée
    Largeur entre les points d'appui d'un arc, d'une poutre, d'une voûte, des arches d'un pont, etc.
  15. R
    Refend
    Ligne tracée dans le parement d'un mur pour marquer ou simuler le tracé des joints de maçonnerie.
    Registre
    Niveaux. Par exemple, deux registres de fenêtres : deux niveaux de fenêtres.
    Résille
    Fin réseau en tissu, ou toute autre matière (résille de bois, de pierre, de métal), laissant des jours entre les parties et formant l'armature décorative.
    Rinceau
    Motif ornemental composé d'élements végétaux enroulés ou entrelacés, inspirés souvent de la vigne. Ce motif très présent dans l'architecture gresque et romaine se retrouve aussi dans les cathédrales gothiques.
    Rosace
    Motif décoratif circulaire, en forme de rose ou d'étoile à plusieurs branches, en général sculpté en relief sur une paroi.
    Rose
    Grande ouverture circulaire subdivisée par des armatures ouvragées en pierre, le plus souvent munie de vitraux. On trouve des roses en particulier dans les cathédrales.
  16. S
    Saillie
    Surplomb, débordement. Par exemple dans les maisons du Moyen Âge, quand le premier étage s'avance au-dessus de la rue, en occupant plus de surface que le rez-de-chaussée. On dit aussi "Encorbellement".
    Semelle
    Assise horizontale sur laquelle repose une construction ou un engin et qui en répartit la charge sur le sol. On emploie le terme de «sole», qui est utilisé dans l'industrie.
    Solive
    Pièce de charpente horizontale supportant un plancher et reposant sur des poutres ou appuyée sur des saillies dans les murs.
    Stéréotomie
    Science de la coupe des pierres et des éléments de charpente, permettant la taille à l'avance de ces éléments. Elle fait appel à des notions de géométrie souvent complexes, en même temps qu'à des connaissances en matière de statique et de résistance des matériaux. Les premiers éléments de cette science se sont développés à partir du XII siècle, sous le nom d'art du trait.
    Stuc
    Enduit teinté dans la masse et réalisé à partir de plâtre ou chaux, poudre de marbre, de brique, de sable etc.
  17. T
    Tablier
    Plancher de circulation d'un pont.
    Talatate
    Bloc de grès de petite taille employé pour construire les temples égyptiens du Nouvel Empire, et souvent réutilisé en blocage.
    Tambours
    Pierres cylindriques de section circulaire ou polygonale qui, superposées, composent le fût d'une colonne, d'un pilier, ou le noyau d'un escalier à vis.
    Tavaillon
    Tuile de bois servant de revêtement sur les toitures et les façades. Cette technique assure une bonne protection thermique. Elle est fréquemment utilisée dans les régions de montagne.
    Tenon
    Partie en relief pratiquée dans une pièce de bois (ou de tout autre matériau), destinée à s'insérer dans la mortaise d'une autre pièce, et en permettre l'assemblage.
    Tirant
    Tige métallique insérée dans la maçonnerie et destinée à éviter l'écartement de deux murs ou de deux pièces de charpente. Les forces qui s'exercent sur ces pièces les "tirent" vers l'extérieur. Une terminaison en X, Y ou S permet de prendre appui sur la maçonnerie à consolider.
    Titane
    Métal léger et résistant, de couleur blanc métallique, utilisé en construction à partir du XX siècle. L'exemple le plus connu est le revêtement du Musée Guggenheim de Bilbao.
    Torchis
    Matériau de remplissage d'une ossature en bois (par exemple pour une paroi). Ce matériau est non porteur et fait de matériaux naturels (terre, paille, foin…).
    Treillis
    Ouvrage décoratif en lames de bois entrecroisées utilisé pour décorer un parement de mur ou pour faire pousser des fleurs grimpantes. Ce terme sert à désigner aussi, en matière de construction, un ouvrage de charpente, une poutre composée, ou un pont, en bois ou en métal, fait d'éléments entrecroisés assurant sa rigidité et sa résistance.
    Triglyphe
    Partie de la frise d'un temple grec. Sur cette frise située sous le fronton, les triglyphes et les métopes alternent. Les triglyphes sont simplement striés de raies verticales, contrairement aux métopes, ornés de bas-reliefs sculptés.
    Trompe
    Portion de voûte tronquée servant de support à un ouvrage, par exemple une tourelle, une voûte, une coupole. La trompe est un élément architectural considéré comme particulièrement difficile à exécuter.
    Trompe-l'œil
    Effet visuel visant à donner à une peinture une fausse impression de profondeur ou de matière.
    Tympan
    Surface en arc-de-cercle ou en ogive située au-dessus de la porte surmontée de son linteau, et délimitée en haut par la voussure intérieure. Dans l'architecture religieuse, le tympan offre une surface privilégiée pour installer des sculptures, mosaïques ou peintures.
  18. V
    Voussoir
    Pierre taillée en forme pour constituer une voûte.
    Voûte
    Ouvrage de maçonnerie, permettant de franchir un espace, avec des éléments beaucoup plus petits que la largeur totale, grâce à la forme des pierres taillées (inclinaison progressive des joints).