Construction du Temple de Jérusalem
Les Antiquités judaïques
Flavius Josèphe, enluminure de Jean Fouquet, vers 1470-1475.
BnF, département des Manuscrits, Français 247, fol. 163 (Livre VIII)
© Bibliothèque nationale de France
Le roi Salomon, qui a ordonné la construction du Temple de Jérusalem, assiste à l'exécution des travaux du balcon de son palais. Dans la tradition médiévale, la scène est transposée au Moyen Âge et le temple ressemble à une cathédrale.
Sur le devant de la scène, sans se laisser distraire par le va-et-vient des visiteurs, les acteurs principaux, les ouvriers, s’activent à la préparation des matériaux que leurs compagnons réceptionnent en haut de l’édifice grâce à l’instrument de levage, la roue.
L’auteur indique clairement que pour la construction du Temple "avant d’amener les pierres… [les ouvriers] les taillaient sur la montagne". Fouquet représente l'étape où les matériaux sont à pied d'œuvre, ce qui lui permet de donner une vue d'ensemble d'un chantier de cathédrale et d'offrir un témoignage contemporain des modes de construction.
Toujours au premier plan, à droite, un ouvrier, aidé de deux commis porteurs d’eau, prépare le mortier. Viennent ensuite les tailleurs de pierres, deux dégrossissent les blocs avec des masses, deux travaillent à l'aide d'un ciseau, l'un creusant une mortaise, l'autre sculptant un bloc, auprès d'un compagnon parachevant une moulure à l’aide de son pic. Un imagier a posé près de lui marteau, ciseau et gouge pour prendre, à l’aide d'un compas, une mesure sur la statue qu'il ébauche. Un aide soulève péniblement un tambour de colonne prêt à la pose. Deux portefaix emportent sur un brancard une pierre. Des ouvriers, hotte sur le dos ou seau sur l’épaule, entrent et sortent du Temple par les portails à deux entrées, apportant le matériel nécessaire aux travaux dans l’œuvre.
L'un d'entre eux a la tête protégée par un capuchon. Sur un échafaudage, le long de la façade de droite entre les rosaces, on aperçoit les silhouettes de peintres terminant le revêtement doré.
Disposée au sommet d’un ouvrage, la grue à cage écureuil permet, grâce à son bras, de monter les matériaux sans risquer de détériorer par frottement les maçonneries ou les sculptures déjà en place. Elle peut également pivoter, ce qui n'est pas le cas des autres engins de levage.
La démultiplication de la force de levage est de un pour dix entre diamètre du chemin de marche et diamètre du tambour d'enroulement. Grâce à la marche d’un seul homme, une charge allant jusqu’à 500 kg peut être soulevée tandis que quatre hommes déambulant dans un treuil élevaient sans problème 2200 kg à une hauteur de 15 toises soit environ 30 m.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander