Le stade Pershing en construction
Agence Meurisse, 1919.
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (2594)
© BnF
Sur le chantier, la répartition des tâches s’effectue en fonction de l’âge des travailleurs, de leurs expériences et de leurs compétences. Sous la direction du maître-maçon, des équipes sont constituées pour manier le mortier, tailler et assembler les pierres. Les manœuvres et les garçons sont employés dans les tâches les plus simples mais qui nécessitent beaucoup de force. Le manœuvre est un jeune ouvrier ou un apprenti, mis au service de tous les maçons. Il a pour charge de battre (concasser) le plâtre ou la chaux pour obtenir une poudre qui sera tamisée. Une fois ce travail terminé, c’est au goujat d’apporter le mortier contenu dans l’oiseau (sorte de petite hotte en bois) au limousinant, qui lui s’occupe du gros œuvre : le limousinant monte les murs de moellons tandis que le briqueteur élève les murs de brique (comme son nom l’indique). D’autres tâches, plus complexes, mobilisent des connaissances mathématiques et géométriques précises comme pour le travail de l’escaliéteur qui doit calculer – selon la formule de Blondel – l’escalier le plus régulier et le plus adapté à l’élévation du bâtiment et au confort de l’usager. Les fumistes quant à eux sont spécialisés dans la construction des conduits de cheminée.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu