Clichy : hôpital Gouin, salle d'opération
Le carrelage et l'électricité dans les hôpitaux
BIU Sante, paris-Descartes
© BIU Santé
À la fin du XVIIIe siècle en Europe, les médecins montrent que la bonne santé des hommes dépend de l’environnement dans lequel ils vivent et travaillent : si un bâtiment est propre et bien tenu, beaucoup de maladies peuvent être écartées, et d'infections évitées.
Les hôpitaux, qui n’étaient jusqu’alors que des asiles pour les pauvres et les vieillards, appliquent de plus en plus les préconisations des médecins : les chambres et les couloirs sont aérés et éclairés par de nombreuses ouvertures, tandis que les sols et les murs (au moins jusqu’à une certaine hauteur) sont recouverts de dallages ou de carrelages clairs. Afin d’éviter l’accumulation de la saleté et de la poussière, des pièces aux angles arrondis sont fixées sur les plinthes.
L’électricité a aussi beaucoup apporté à la science médicale. Au début du XXe siècle, la salle d’opération n’est encore qu’une pièce rudimentaire qui doit nécessairement être éclairée par de grandes fenêtres en verre poli. Faute de lumière électrique correcte, les opérations chirurgicales ne pouvaient se dérouler que le jour. Par ailleurs, la lumière naturelle présente le défaut de porter des ombres, ce qui gêne le chirurgien pour un travail extrêmement minutieux. L’installation de lumières d’appoint n’a pas résolu le problème, d’autant plus que la chaleur dégagée par ces lampes mobiles et très fortes augmentait la température de la pièce au point de devenir insupportable pour le patient et l’équipe soignante. En 1919, l’invention de l’éclairage scialytique par le chirurgien Louis Verain est une véritable révolution. Un faisceau lumineux est produit et réfléchi par parfois plus de 2000 miroirs disposés dans une coupole. Cette source lumineuse et orientable supprime les ombres portées ; elle permet des interventions chirurgicales à toute heure du jour et de la nuit. Le système d’air conditionné – qui se généralise dans les années 1950 – renouvelle en continu une atmosphère saine et rafraîchie.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu