Construction en pisé
Route du pisé, Puy-de-Dôme (Parc naturel régional du Livradois-Forez)
Philippe Malgat.
© Philippe Malgat
La terre est l’un des plus anciens matériaux de construction. Car construire en terre crue permet d’exploiter le matériau le plus proche, celui que l’on a sous les pieds, disponible à peu près partout dans le monde. La brique en terre crue et la brique compressée, de même que le pisé, sont les techniques de construction en terre qui ont été les plus utilisées dans l’histoire de la construction jusqu'à nos jours.
Aujourd’hui encore, près de la moitié de la population mondiale vit dans un habitat en terre crue.
Le pisé est un mélange de terre, de sable ou de gravier et d’argile crue malaxés puis compactés. On compacte de fines couches de terre légèrement humidifiées entre des coffrages et l’on démoule immédiatement : c’est l’ancêtre du béton. La terre est compactée avec un outil, le “pisoir”. Le toit, parfois construit en premier, est souvent très débordant afin de protéger les murs en pisé des pluies.
Aujourd’hui, on utilise des coffrages métalliques et des outils de compactage pneumatiques comme le fouloir. Certaines normes de construction peuvent parfois obliger les constructeurs à stabiliser la terre à pisé avec des additifs, comme du ciment ou de la chaux, pour en garantir la solidité.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu