Coupe des bains romains avec système de chauffage
1761.
Peinture antique trouvée dans les thermes de Tite, représentant l'intérieur des bains selon l'usage des Anciens
BnF, Estampes et photographie, GC-22-FOL
© BnF
Les thermes sont une invention grecque que les Romains ont améliorée. A partir de l’Empire (-27 avant Jésus-Christ), les bains publics, ou thermes, se multiplient dans toutes les villes, même les plus modestes. La plupart sont gratuits ou très bon marché. Dans la Gaule romaine comme dans d’autres territoires conquis, les thermes sont une preuve éclatante de la toute-puissance et du raffinement des vainqueurs.
Les Grecs privilégient l’eau froide, qu’ils associent aux exercices du corps et à l’endurcissement. Mais les Romains introduisent les bains chauds et tièdes. Il faut pour cela un système de chauffage des bassins et des salles. On se contente d’abord de braseros (bassins de métal remplis de braises). Puis on imagine un système sophistiqué : l’hypocauste. Les salles sont surélevées sur des piliers de briques, comme construites sur pilotis. Au sous-sol, on entretient des feux de charbon ou de bois. L’air chaud y circule et débouche aussi directement dans les salles grâce à un système de conduits en terre cuite.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander