L'Alhambra de Grenade, XIIIe-XIVe siècles

Le jardin du paradis

Le palais musulman se veut une reproduction du Paradis, tel qu'il est décrit dans le Coran (un cercle divisé en quatre parties avec un bassin au centre). À l'Alhambra, les quatre canaux partant de la fontaine de la cour des Lions renvoient aux quatre fleuves du Paradis tandis que les sculptures en stuc (muqarnas) de la salle des deux sœurs et de celle des Abencerages rappellent les étoiles de la voûte céleste. Les jardins et les jeux d’eau des palais, destinés au repos, au plaisir et à la détente, évoquent quant à eux les haltes des tribus nomades dans les oasis des régions désertiques.
© B. Ryser