Le carreleur

Une villa romaine

par Steven Saylor
 
Enfin, j'entendis le raclement d'une pièce de bois que l'on soulevait ; la porte s'ouvrit lentement en grinçant sur ses gonds. Un esclave athlétique nous fit entrer, puis referma d'un geste brusque la porte et laissa retomber la lourde solive à sa place pour bloquer l'entrée.
Je m'étais déjà trouvé dans ce vestibule durant les jours qui suivirent le meurtre de Clodius. Apparemment, Curion, en devenant le nouveau maître de la maison, n'avait opéré aucune modification. Les sols et les murs étaient en marbre très brillant. Des tentures rouges tissées de fils d'or encadraient le couloir qui menait à l'atrium, où le plafond soutenu par de hautes colonnes en marbre noir atteignait la hauteur de trois étages. Au centre de l'atrium, un bassin peu profond était décoré de mosaïques noir et argent qui miroitaient. Elles représentaient le ciel, la nuit et les constellations. Le ciel véritable, visible à travers une ouverture loin au-dessus de nous, commençait juste à prendre la couleur bleue intense du crépuscule.
La dernière prophétie, Steven Saylor, coll. Grands Détectives, 10-18, 2005