Le château fort, XIIIe siècle

Des châteaux mystérieux

par Arthur Rimbaud
 
Dans cet étrange poème, le château fait office de leitmotiv mystérieux, rythmant le temps qui passe, et revenant sans cesse au même titre que les saisons. Comme ces "châteaux en Espagne" que l'on ne construit jamais ?

Ô saisons, ô châteaux


Ô saisons, ô châteaux,
Quelle âme est sans défauts ?

Ô saisons, ô châteaux,

J'ai fait la magique étude
Du Bonheur, que nul n'élude.

Ô vive lui, chaque fois
Que chante son coq gaulois.

Mais ! je n'aurai plus d'envie,
Il s'est chargé de ma vie.

Ce Charme ! il prit âme et corps.
Et dispersa tous efforts.

Que comprendre à ma parole ?
Il fait qu'elle fuie et vole !

Ô saisons, ô châteaux !

Et, si le malheur m'entraîne,
Sa disgrâce m'est certaine.

Il faut que son dédain, las !
Me livre au plus prompt trépas !

Ô Saisons, ô châteaux !

 

Derniers vers, Arthur Rimbaud, 1872