La Basilique de Saint-Denis, XIIe-XIIIe siècles

Techniques et métiers

Le parchemin

C'est sur parchemin que sont dessinés les modèles en réduction, qu'il faut reproduire à l'échelle sur les aires à tracer ou sur les murs. Aussi les exécutants ont toujours ce modèle à disposition.
Le parchemin au XIIIe siècle est coûteux et précieux, et on doit l'économiser. Il est fait d'une peau d'animal – mouton, chèvre, veau – tannée et poncée, dont les dimensions sont forcément limitées ; on utilise donc les deux faces et on récupère des feuilles déjà utilisées dont on gratte les inscriptions devenues inutiles. On s'efforce aussi de réduire la taille des dessins et d'en mettre plusieurs sur la même feuille, si cela ne présente pas d'inconvénients. Lorsque le parchemin est trop usé, on le traite pour en tirer de la colle.

Une autre méthode économisant la surface du parchemin consiste, dans le cas d'un élément symétrique, à n'en dessiner que la moitié, et dans le cas de deux éléments identiques, à n'en dessiner qu'un.