Le château fort, XIIIe siècle

Techniques et métiers

S'éclairer

Dans un but défensif, les premiers châteaux n’ont pas de fenêtres, mais seulement des archères, ouvertures longues et étroites à travers lesquelles les archers décochent leurs flèches. Faute de lumière du jour, différents systèmes d’éclairage sont employés. Ils varient suivant le niveau de fortune.

  • La lampe à huile, en usage depuis l’Antiquité, est utilisée tout au long du Moyen Âge. Elle est en terre cuite, en métal ou en céramique. Certaines sont destinées à être suspendues au plafond dans les châteaux ou les églises.
  • Les lampes à huile en cuivre ou en bronze peuvent être dotées d’un bras articulé et pointu qui permet de les planter dans une poutre du plafond ou entre deux pierres du mur.
  • En ville comme au château, on s’éclaire aussi au bougeoir. Les riches utilisent des bougies de cire d’abeille, les pauvres des chandelles de suif (graisse animale). Comme la flamme d’une bougie ne donne qu’une lumière très faible, le bougeoir est souvent placé devant un plat métallique brillant, qui sert de réflecteur.
  • Les lustres sont très rares. Ils sont réservés au bureau des scribes et des écrivains, ou encore aux riches demeures. Ils sont fabriqués en cuivre ou constitués d’un croisillon de bois supportant des lampes à huile ou des bougeoirs. Plus rarement une ramure de cerf est transformée en lustre.
  • Dans les palais, lors des grands festins qui se déroulent en soirée, la salle du banquet est éclairée grâce à des flambeaux de résine portés par des serviteurs.