Le couvreur

Techniques et métiers

Le zinc

Dans la seconde partie du XIXe siècle, les ardoises sont abandonnées au profit du zinc. Ce métal, vendu en grandes et fines feuilles, présente de nombreuses qualités, en particulier sa légèreté et son prix modique. Le zinc a aussi des qualités hygiéniques : tandis que le fer rouille et que le plomb contamine l’eau de particules dangereuses pour la santé (avec un risque de saturnisme), le zinc produit au contact de l’eau une couche protectrice sans aucune conséquence. Peu à peu, le zinc s'impose comme le matériau symbole des toits de Paris.

Le zinc est rendu obligatoire en 1862 à Paris pour la réalisation des gouttières. Aujourd’hui, 80 % des toits de Paris sont en zinc. Toutefois, si le zinc présente une bonne résistance aux éléments naturels, le contact avec d’autres produits acides ou alcalins est à éviter : en effet, le plâtre, le ciment et la chaux attaquent le zinc. Un même phénomène se produit si l’on utilise, pour les liteaux, du chêne et du châtaignier ; il faut donc préférer du sapin ou du peuplier.