Le viaduc de Garabit

Techniques et métiers

Le transport

Le transport se fait sur un terrain particulièrement accidenté, mais on ne dispose que de la traction animale par des chevaux ou des bœufs.

Le transport de la pierre

La pierre est un matériau local, que l’on trouve à une dizaine de kilomètres du chantier. Les 20 000 m3 de granit blanc nécessaires aux soubassements des cinq piles métalliques arrivent au pied des échafaudages, sur de petits chariots à deux roues (« diables »), traînés par des bœufs.
La rivière de la Truyère fournit le sable et l’eau. Cette dernière est puisée grâce à une machine à vapeur installée sur la rive gauche, et circule dans des conduites en fer.


Le métal

Le métal vient de plus loin. Les pièces déjà usinées dans les locaux de la compagnie Eiffel à Levallois-Perret, en région parisienne, sont transférées à la gare en camions tirés par des chevaux, puis transportées en train. 
Les 34 kilomètres restants sont parcourus par de lourds attelages composés de 6 à 8 chevaux.