Le viaduc de Garabit

Techniques et métiers

Le fer

Le pire ennemi du viaduc est le vent, qui peut être fort dans la région.
C’est pourquoi Léon Boyer et Gustave Eiffel n’optent pas pour un pont au tablier suspendu, plus sensible aux oscillations, mais  préfèrent un pont en arc.
Le viaduc se compose donc d’une longue poutre de fer reposant sur des piles métalliques. L’ensemble est soutenu par un grand arc qui enjambe la rivière.

Toutes les pièces de fer du viaduc sont usinées à l’avance dans les locaux de la compagnie Eiffel à Levallois-Perret, en région parisienne.
Elles arrivent sur le chantier quasiment prêtes au montage : les trous des rivets sont déjà pratiqués, et les pièces sont accompagnées de leurs croquis détaillés et de leurs cotes exactes. Elles sont déjà peintes avec du minium (oxyde de plomb de couleur rouge utilisé en traitement antirouille).

L’assemblage se fait sur place se fait au moyen de rivets posés à chaud.