Le menuisier

Techniques et métiers

Les bois en menuiserie

De l'arbre à la planche

Première forêt feuillue d’Europe, la forêt française présente une très grande biodiversité, avec 128 essences de bois différentes. Les surfaces s’agrandissent chaque année grâce aux plantations et colonisations de terrains abandonnés par l’agriculture. Les surfaces boisées occupaient 11 millions d’hectares en 1950, 16 millions aujourd'hui.

Les industries du travail du bois jouent un rôle important en matière de développement durable. La norme "Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC)" certifie que les forêts sont gérées et utilisées de manière à préserver la ressource sans endommager d’autres écosystèmes. 41% de la récolte totale en 2006 respecte cette norme, car les industriels et les négociants s’approvisionnent de plus en plus en bois certifiés.

L'abattage

Le bucheron choisit la période de coupe en fonction de la lune, la saison et l’essence. Il maîtrise aussi la technique de coupe afin d'éviter des défauts du bois : nœuds, gélivures dues au froid, roulures dues au vent ou au froid, ou encore cadranures, fentes partant du cœur.
Le bois coupé est ensuite transporté. Avec la technique du flottage, cette opération s'est beaucoup faite par les rivières et les fleuves.
Le sciage des grumes se fait longitudinalement. La première et la dernière lame de bois sont des dosses qui contiennent essentiellement de l'écorce et de l'aubier et qui iront directement au rebut. Les tranches suivantes s'appellent des plots. Pour les essences nobles, le stockage et la commercialisation se font dans cet état. Pour les autres essences, une opération supplémentaire de retrait des inégalités est effectuée : le délignage.