Le menuisier

Techniques et métiers

Les bois en menuiserie

Les bois employés en menuiserie

Le menuisier utilise du bois à l’état naturel mais aussi, à l’époque moderne, des matériaux dérivés du bois qui permettent de recycler des déchets de bois.
Le bois naturel
On peut le classer en quatre catégories.

  • Les bois durs : le chêne, le châtaignier, le hêtre, l'orme, le frêne et l'acacia.
  • Les bois blancs : le peuplier, l'aulne, le bouleau, le tilleul, le platane, le charme, l'érable, etc.
  • Les bois résineux : le pin, le sapin, le cèdre, le pitchpin, le mélèze, etc.
  • Les bois précieux : l’acajou, le buis, le campèche, le citronnier, le cornouiller, l’ébène, le gaïac, le noyer, le sorbier, le thuya, etc.

D'une manière générale, tous les bois peuvent être employés en menuiserie, suivant la nature du travail à exécuter. Ils doivent être secs, réguliers et dénués de nœuds qui contrarieraient un travail de précision.  La qualité d’un bois, en plus de l’espèce, dépend aussi du climat, du sol, des conditions de pente dans lesquelles il a poussé, la période à laquelle on l’a coupé et la façon dont on l’a séché et débité.

Les dérivés du bois

- Le contreplaqué en panneau, plat ou moulé, composé d’un empilage de plis de bois. La cohésion entre les couches est assurée par un liant organique.
- Les  panneaux de particules bruts, composés de particules ou de copeaux, obtenus par la découpe des bois sur des machines.
- Les panneaux de particules surfacés mélaminés sont recouverts sur les deux faces par du papier imprégné de résine mélamine-formol, qui confère des qualités importantes de dureté et de résistance. Le papier a une fonction décorative. La fabrication des meubles de cuisine doit beaucoup à cette technique.