Le Parthénon, Athènes (Grèce), Ve siècle av. J.-C.

Techniques et métiers

Du bois à la pierre

Les premiers temples grecs datent d'environ – 700 et sont construits en bois. Un siècle plus tard, autour de – 600, les Grecs commencent à utiliser de la pierre. Mais les habitudes de construction évoluent moins vite que les matériaux, et les constructeurs continuent à penser les plans de leurs temples comme s'ils étaient en bois. Ils édifient pourtant avec ce nouveau matériau des édifices d'une tout autre échelle : il faut 100 000 tonnes de marbre pour le Parthénon, qui mesure 69,51 sur 30,88 m. Ses 46 colonnes extérieures s'élèvent à 10 m de haut et sont composées de 10 à 12 tambours.
Ainsi, la forme triangulaire du fronton rappelle un élément de charpente, la ferme. De même, dans les temples de bois, on sculptait les poutres au-dessus des colonnes de sortes de rainures verticales : dans les temples en pierre, cet ornement devient le triglyphe. Les temples en pierre de style dorique conservent ce motif, alors que le matériau utilisé ne le justifie plus. Par la suite, dans les ordres ionique et corinthien, il disparaît.

Colonnes et linteaux vs voûtes et coupoles

Ces édifices reposant sur des structures horizontales et verticales, avec des toitures à frontons, sont propres à l'architecture grecque, alors que les Romains, qui emploient couramment le béton, sauront construire des voûtes (par exemple le pont du Gard) et des coupoles (par exemple le Panthéon) que les Grecs ne maîtrisent pas.