Le Parthénon, Athènes (Grèce), Ve siècle av. J.-C.

Techniques et métiers

Des proportions rigoureuses

Pour les Grecs, le monde entier est organisé selon des lois mathématiques rigoureuses qui le rendent parfait. Pour atteindre cette même harmonie, un édifice doit lui aussi se fonder sur des règles précises qui permettent d’obtenir les proportions idéales. Cette harmonie à l'œuvre dans la nature est liée au nombre d'or étudié dès l'Antiquité mais théorisé à la Renaissance.

Par exemple, le nombre de colonnes d'un temple, en façade et sur la longueur, est calculé ainsi :
Si N est le nombre de colonnes dans la longueur et n le nombre de colonnes en façade, alors ces deux paramètres doivent répondre à la règle suivante :

N = 2n + 1

Le Parthénon ayant huit colonnes en façade, il aura donc 2 x 8 + 1 = 17 colonnes dans sa longueur. Ce qui est le cas.

De même, le rapport entre le diamètre inférieur des colonnes et la distance entre les axes de deux colonnes qui se suivent est toujours de 4/9. Ce rapport de 4/9 correspond aussi à la longueur du socle de l’édifice rapportée à sa largeur. La largeur de la façade et sa hauteur sont également construites dans une proportion de 4/9.