Le Parthénon, Athènes (Grèce), Ve siècle av. J.-C.

Techniques et métiers

Effets d'optique : des déformations intentionnelles

On a l’impression que les lignes du Parthénon sont parfaitement horizontales et verticales. En réalité, le temple cache de nombreux "défauts" qui visent à corriger les effets de perspective.

  • Les colonnes de la façade sont penchées vers l’intérieur, car si elles étaient parfaitement verticales, l’œil les verrait inclinées vers l’extérieur. Elles tendent donc toutes vers un point de fuite situé très haut au-dessus du bâtiment ; ce qui implique que les colonnes les plus extérieures sont aussi les plus inclinées.  La déformation n'est pas mineure : muni d'un fil à plomb, on peut compter 6,74 cm d'écart entre le bas de la colonne d'angle et le haut.
  • Les colonnes d’angles sont aussi légèrement plus épaisses. Car, comme elles se détachent sur le ciel, elles apparaîtraient plus fines à l’œil.
  • La base (stylobate) est légèrement surélevée (bombée) au centre afin de corriger un phénomène visuel qui y verrait un creux léger.
  • Les marches et le fronton sont aussi incurvés.

Ces lignes incurvées permettent également un meilleur écoulement des eaux de pluie.

Pour les tailleurs de pierre et les maçons, ces opérations supposent une précision à toute épreuve pour appliquer à chaque bloc de pierre la correction exacte correspondant à sa place dans l’édifice.